Mardi soir, le Réseau Cancer du Sein a organisé un repas de soutien au Palais Eynard, en partenariat avec la Ville de Genève, afin de clore en beauté le mois d’octobre rose. Une belle soirée, émouvante bien sûr, mais également pleine de force et d’optimisme.

Ces dernières années, le cancer du sein a infiltré notre quotidien. En Suisse, il concerne une femme sur huit. Rien qu’à Genève, près de 7’000 femmes sont actuellement traitées pour cette maladie. Avec leur entourage, elles représentent ainsi plus de 10% de la population. Autant dire que nous connaissons toutes et tous une personne touchée, directement ou indirectement, par le cancer du sein.

Malgré l’avancée des thérapies et en dépit de la promesse de traitements encore plus efficaces dans les années à venir, le diagnostic bouleverse la vie des femmes. Les soins restent lourds, avec souvent de nombreux effets indésirables et des conséquences importantes sur la vie des patientes comme sur celle de leur entourage. Et puis, le cancer demeure un tabou, une maladie qui fait peur, qui éloigne.

Face à lui, il est donc essentiel d’être entouré-e-s, épaulé-e-s, de pouvoir s’appuyer sur des interlocuteur-trice-s de qualité. A Genève, le Réseau Cancer du Sein constitue sans aucun doute l’un d’entre eux. Depuis sa création en 2001, il développe un programme d’actions entièrement centré sur les besoins des femmes atteintes et de leur entourage, afin de réduire l’impact de la maladie et de ses traitements sur leur quotidien. Depuis ses débuts, il a toujours milité pour un changement de paradigme dans la prise en charge médicale, avec une plus grande implication des patientes. C’est d’ailleurs l’une des particularités – et l’une des forces – des projets menés par le Réseau Cancer du Sein : il allie, toujours, le savoir des soignant-e-s au savoir des patientes, qui redeviennent actrices de leur histoire et permettent d’accroître de manière importante les connaissances du monde médical.

Mardi soir, les femmes et leurs proches concerné-e-s par ce cancer étaient nombreuses et nombreux. Elles et ils étaient là pour raconter, pour témoigner de leur combat, pour sensibiliser également à l’importance du dépistage. Avec une émotion naturellement palpable, mais aussi dans un magnifique souffle de vie et porté-e-s par une solidarité à toute épreuve. C’est d’ailleurs certainement l’une des plus belles leçons de cette soirée : c’est en étant ensemble, uni-e-s, que nous sommes les plus fort-e-s pour faire face à la maladie.

 

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,