A Genève, chaque jour, des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) sont victimes de violence. Pour les couples de même sexe, des attitudes aussi naturelles et tendres que se tenir la main dans la rue, échanger un sourire ou un regard complice deviennent des mises en danger potentielles. Face à l’inacceptable, il est du devoir des pouvoirs publics de s’engager. C’est la raison pour laquelle, la Ville de Genève a choisi cette année de consacrer sa campagne annuelle contre l’homophobie et la transphobie au Pansy Project.Ce projet militant et poétique, conçu par l’artiste londonien Paul Harfleet, invite les victimes de violences homophobes et transphobes à planter une pensée sur le lieu de leur agression. Cet acte symbolique leur permet de se réapproprier l’espace public, de défier leur-s bourreau-x et de transformer une expérience traumatisante en une démarche positive.  Bref, de « changer un lieu de haine en lieu de beauté ».

Les affiches de cette campagne – qui seront visibles dans les rues jusqu’au 28 mai prochain – évoquent des situations de violence survenues dans des lieux bien connus des Genevoises et des Genevois. On reconnait ainsi le Jardin anglais, le Bourg de Four ou encore la Perle du Lac ; et on réalise que la violence peut s’abattre en tout lieu, à tout moment, sur celles et ceux qui ne correspondent pas aux normes de genre et d’orientation sexuelle.

Directe, cette campagne vise à briser un tabou et à faire basculer la honte du camp des victimes à celui des agresseur-e-s. Accompagnée par le lancement d’une brochure conçue par Dialogai intitulée « Faire face aux agressions homophobes et transphobes dans les lieux publics », elle invite aussi les victimes à faire entendre leur voix, en portant plainte auprès des autorités et/ou en cherchant du soutien auprès des services d’aide. Une campagne donc importante, dont le message sera renforcé par une série d’actions et d’ateliers de sensibilisation organisés jusqu’au 20 mai.

Aujourd’hui, en cette Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie,  l’Université de Genève se mobilise avec des expositions, une sélection de vidéos et livres, des consulting de prévention avec des expert-e-s sur les discriminations, des permanences juridiques, des brochures, une webradio en direct, un webchat thématique, des jeux de sensibilisation et une flashmob. Pour dire « non » à toute forme de violence et affirmer votre solidarité avec les personnes LGBT, allez y faire un tour et n’hésitez pas à consulter le riche programme de ces 5 jours de mobilisation sur : www.17mai-geneve.ch

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , , ,