Depuis la fin du 19ème siècle et l’implantation du Comité International de la Croix-Rouge sur son territoire, Genève se distingue par son rôle de ville-hôte. Actuellement siège de 33 organisations et institutions internationales, elle accueille également plus de 300 ONG ainsi que les représentations permanentes de 173 Etats membres de l’ONU. Chaque année, 2’700 conférences se tiennent à Genève et réunissent plus de 220’000 délégué-e-s venu-e-s du monde entier. A cela s’ajoutent encore 4’400 visites annuelles de chefs d’Etat ou de gouvernement et de ministres et d’autres dignitaires.

Aujourd’hui, Genève constitue donc l’un des premiers pôles de gouvernance mondiale et incarne un engagement international fort en faveur de l’humanité.

La Genève internationale a également un impact positif majeur sur les finances publiques et l’économie genevoise : elle assure plus de 50’000 emplois directs, indirects et induits (soit plus de 14% du total des emplois du canton) et les dépenses directes des OI, ONG et missions permanentes s’élèvent à 3,3 milliards de francs. Quant aux recettes fiscales en lien avec la Genève internationale, elles s’élèvent à 634,2 millions, dont 68,5 millions pour la Ville, 414,6 millions de francs pour le Canton et 151,1 millions pour la Confédération.

C’est donc peu dire que Genève tient à sa composante internationale, qui a façonné son identité multiculturelle, la nourrit de son expertise et lui offre une visibilité mondiale. C’est consciente de cet apport unique et précieux que la Ville de Genève s’engage pour améliorer les conditions cadres d’accueil comme les prestations aux membres de la Genève internationale (accueil et intégration, appuis financiers à des organisations, mise sur pied de manifestations et de réceptions, etc.).

Mais, depuis quelques années, la concurrence avec d’autres villes est forte. Plusieurs pays tentent en effet d’attirer les organisations basées à Genève avec des offres séduisantes de relocalisation. En 2014, Confédération, canton et Ville ont donc décidé d’unir leurs efforts afin de consolider la position de la Suisse comme Etat hôte. L’un des axes de la stratégie mise en place consiste à renforcer le dispositif d’accueil classique en améliorant les infrastructures immobilières et technologiques, les dispositifs de sécurité extérieure et les services fournis par l’Etat hôte.

C’est dans ce cadre que le Conseil municipal de la Ville de Genève sera saisi ce soir d’une demande de prêt, d’un montant de 20 millions de francs (remboursable sur 30 ans et sans intérêt), à la FIPOI en vue de la rénovation du siège des Nations Unies à Genève (ONUG). Le canton et la Confédération participeront respectivement à hauteur de 292 millions et 88 millions.

Cette rénovation est indispensable. Elle permettra en effet de maintenir opérationnel le bâtiment (équipements défaillants) et de garantir la sécurité de ses utilisateur-trice-s (présence d’amiante, risque d’incendie). Elle constituera également un message fort des autorités suisses à l’attention de la Genève internationale.

Ce soir, de nombreux yeux seront donc braqués sur le CM. J’espère qu’il saura saisir l’opportunité qui lui est offerte d’affirmer et de renouveler son soutien à une composante essentielle de notre Ville. Rendez-vous dès 20h30.

Et si vous souhaitez consulter la proposition du Conseil administratif au CM (PR-1180) concernant la rénovation de l’Office des Nations unies à Genève, c’est par ici.

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , ,