J’ai présenté hier soir, avec mes collègues, à la Commission des finances la version amendée du projet de budget 2014 de la Ville de Genève. Alors que le premier projet présenté en septembre affichait un déficit de 25.2 millions, cette nouvelle version est désormais à l’équilibre. Cet effort résulte d’une conjonction d’éléments. Tout d’abord, des prévisions fiscales revues à la hausse en octobre par le canton, tablant sur des rentrées supplémentaire pour la Ville de Genève (+12.9 millions). Puis, des arbitrages complémentaires visant la maîtrise des charges (+12.4 mios).

A mes yeux, ce projet de budget équilibré reste conforme aux objectifs politiques fixés par le Conseil administratif. Je rappelle à ce titre qu’en 2014, le Conseil administratif souhaite accorder une attention plus particulière aux familles, à la sécurité et à l’entretien du patrimoine. Il entend également continuer à faire de Genève une Ville moderne, qui s’adapte aux nouvelles technologies.

Cette évolution me permet de rappeler que l’exécutif envisage le budget comme un processus évolutif, fruit d’un travail commun et d’une approche concertée avec le Conseil municipal. Comme l’année passée, j’ai donc fait le choix de présenter une première version du budget au Conseil municipal et de retravailler ensuite la copie en fonction des préoccupations exprimées et de l’évolution conjoncturelle.

En cette année électorale, la façon de travailler du Conseil administratif a été vivement critiquée au sein du Conseil municipal, certains groupes refusant même l’entrée en matière au moment du dépôt en septembre. A cette occasion, beaucoup de choses ont été dites et les postures politiques pré-électorales se sont faites plus fortes que jamais.

Or, le Conseil administratif n’a pas à rougir de son bilan. Les engagements pris en début de législature sont remplis. A titre d’exemple, je citerais l’engagement de 200 policiers municipaux à l’horizon 2015, la poursuite de l’ouverture de places de crèche, l’amélioration de l’accueil para et péri scolaire, l’assainissement du bruit routier dans les quartiers, la valorisation de la Genève internationale, la mise en œuvre de normes anti dumping salarial (responsabilité solidaire) ou encore le renforcement des prestations sociales (allocations rentrée).

La Commission des finances se penchera le 13 novembre sur la proposition qui lui a été faite. Affaire à suivre.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,