Hier, je présentais à la presse le projet de mise en œuvre de l’initiative municipale «Créons des places d’apprentissage pour nos enfants » (cf. billet du 19 septembre 2012).

Ce projet du Conseil administratif propose la mise en place d’un Fonds municipal, doté de 3 millions de francs, qui apportera un soutien financier aux entreprises qui engagent un-e ou plusieurs apprenti-e-s en première année. Montant de ce soutien ? 3’000 francs par année et par contrat d’apprentissage.

Pour bénéficier de ce soutien, les entreprises devront être sises sur le territoire de la Ville de Genève et le nombre d’apprenti-e-s au sein de l’entreprise devra représenter au moins 10% des employé-e-s. Un taux qui s’explique par la volonté de cibler les petites et moyennes entreprises, pour lesquelles un-e apprenti-e de première année représente une lourde charge financière, mais qui forment pourtant l’essentiel des apprenti-e-s. Je rappelle en effet qu’en Ville de Genève, 80% des apprenti-e-s sont formé-e-s par des entreprises comptant moins de trois employé-e-s. Il s’agit donc d’aider ces entrepreneurs, qui assument l’essentiel de la formation dans le commune.

Ce Fonds municipal devrait permettre de booster la création de places d’apprentissage et contribuer ainsi à inverser la tendance actuelle. En effet, alors que le nombre d’entreprises dans la commune a largement augmenté entre 2001 et 2008 (+937), les entreprises formant des apprenti-e-s ont, elles, nettement diminué, passant de 1’225 à 1’138. Une situation évidemment préoccupante, surtout pour les jeunes dont le parcours scolaire a été plus compliqué.

Au Conseil municipal maintenant de se prononcer sur ce projet.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,