Après deux mois d’accalmie politique et de trêve médiatique, ce mercredi 29 août 2012 marque la rentrée pour le Conseil administratif (CA) de la Ville de Genève. Au menu ? La présentation du projet de budget 2013 devant la commission des finances, les partenaires sociaux et la presse. Un moment important donc, où le CA doit défendre ses orientations politiques et présenter sa gestion financière.

Au rang des nouveautés cette année : un budget plus lisible et politique, avec une présentation par politiques publiques. Des processus améliorés également, avec un suivi mensuel des charges et la mise en place d’un système de contrôle interne. Enfin, une réflexion sur la priorisation des investissements.

Sur le fond, le climat conjoncturel incertain comme la composition actuelle de l’exécutif (privé de l’un de ses membres jusqu’en novembre), ont poussé le Conseil administratif à opter pour une approche pragmatique. Alors que les prévisions élaborées par le canton font état d’une hausse modérée des rentrées fiscales (+7,7 millions), le projet de budget 2013 est caractérisé par une ferme volonté de maîtriser les charges (+29,5 millions dont 12 millions sont liées à des obligations légales). Un projet de budget qui ne recèle donc ni de bouleversement majeur, ni de dépense excessive.

Au rang des principales dépenses : l’amélioration du réseau routier (+2,1 millions), les charges d’électricité, de gaz et d’eau (+2,1 millions) ou encore une augmentation de la subvention au domaine de la petite enfance (+2,5 millions). La création de 25,5 postes de travail doit également être mentionnée (+2,4 millions), dont 14 postes demandés pour le seul département de l’environnement urbain et de la sécurité. Pragmatisme donc.

Pour une présentation détaillée de ce projet de budget, je vous renvoie au site internet de la Ville de Genève.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: ,