En mai 2011, à côté des productions maraichères de l’association les Artichauts, plusieurs ruches sont apparues sur le site de Beaulieu. Elles sont gérées par l’association Abeilles citadines dont les activités visent à faire découvrir à la population la richesse du monde apicole et à enrichir la biodiversité en milieu urbain par la présence d’abeilles. Rappelons en effet que les abeilles, par leur rôle pollinisateur, jouent un rôle fondamental dans la reproduction des espèces végétales et se situent au cœur de la chaîne alimentaire. Leur disparition dans le monde, engendrée notamment par l’utilisation de pesticides et la généralisation de la monoculture, inquiète à juste titre.

Les abeilles de Beaulieu, elles, vont très bien. Et c’est d’ailleurs tout le paradoxe : dans les grandes villes, loin de leurs ennemis chimiques et environnementaux, les abeilles s’épanouissent. Dans les quatre ruches de Beaulieu, elles seraient près de 200’000 au plus fort de la saison, soit 3 kilos par ruche. Dans les premières semaines suivant leur arrivée, ce nombre impressionnant a parfois suscité quelques appréhensions chez les riverain-e-s. Mais ces craintes – souvent liées à la confusion entre guêpe et abeille – se sont rapidement dissipées. Aujourd’hui, les ruches provoquent avant tout la curiosité des passant-e-s qui n’hésitent pas à s’approcher pour observer l’activité du rucher et questionner les membres d’Abeilles citadines sur leurs activités.

En 2011, la récolte de miel a été extraordinaire : 115 kilos ont en effet été produits (contre 80 attendus), preuve que les abeilles sont heureuses en Ville de Genève ! De couleur ambrée, délicieux parait-il, ce miel toute fleur a été distribué aux 45 membres de l’association. Le surplus a été vendu au marché des Grottes, pour le plus grand bonheur des habitant-e-s du quartier.

Et pour l’avenir ? L’association ne manque pas d’idées. Surtout, elle souhaiterait développer des activités didactiques et de sensibilisation destinées aux habitant-e-s du quartier comme aux institutions environnantes (cycle, écoles, EMS, etc.). Parmi les projets évoqués, l’envie de collaborer avec les élèves du cycle tout proche de Montbrillant en confiant à celles et ceux qui fréquentent les ateliers bois la réalisation de ruches. Quant aux activités pour enfants, elles pourraient être organisées par « Pré en bulle », l’association d’animation du quartier. Il s’agit d’ailleurs ici d’une richesse supplémentaire du Parc Beaulieu : les différentes associations présentes sur le site se sont regroupées au sein d’un collectif (le collectif Beaulieu) et collaborent pour proposer aux habitant-e-s du quartier des animations variées et conviviales. Des brunchs sont par exemple organisés les dimanches, comme des projections de films et des ateliers.  Des poules devraient même bientôt faire leur apparition sur le site… !

On l’aura compris : le Parc Beaulieu représente aujourd’hui un espace précieux à Genève. Autour de projets d’agriculture urbaine innovants, les associations du Collectif Beaulieu développent une véritable  vie de quartier et, à en juger par la fréquentation du site, répondent à une importante demande sociale. A l’heure où de plus en plus de personnes dénoncent les dérives de la production industrielle et où la population citadine recherche des produits de qualité, ce type de projets doivent absolument être soutenus.

Pour en savoir plus : Le collectif Beaulieu

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , ,