Hier, s’est déroulée à l’Uni Dufour la cérémonie de remise du prix « Femme exilée, femme engagée » 2012. Créé en 2001 par l’extraordinaire Alba Viotto, ce prix rend hommage à des femmes de tous âges et de toutes nationalités que des circonstances souvent dramatiques ont poussées à l’exil. Dans leur combat pour la liberté et pour la justice, ces femmes se sont imposées comme des modèles d’engagement et d’intégration.

Cette année, le prix a été décerné à trois lauréates :

Madame Fatmira Ahmetaj, éducatrice de la petite enfance d’origine albanaise, qui a dû quitter son pays en 1997 pour des raisons de sécurité. Après avoir créé à Sion l’Ecole complémentaire albanaise qui permet à des enfants d’apprendre ou de perfectionner gratuitement la langue de leurs parents, elle a fondé en 2007 l’Association Académie Albanaise (AAA) qui promeut l’amitié helvético-albanaise et favorise ainsi une intégration fructueuse et en toute dignité. Au travers de ses nombreuses activités, Madame Fatmira Ahmetaj lutte contre les préjugés persistants dont sont victimes les communautés albanaise et kosovare en Suisse.

Madame Patricia Marin, militante colombienne pour les droits humains, a dû fuir son pays en 2003 pour des raisons de sécurité. En 2005, elle a créé l’Association « A la vista/communication sociale » qui a pour objectif d’utiliser les moyens audiovisuels pour développer une communication avec orientation sociale. Depuis 2008, Madame Patricia Marin produit et réalise le magazine télévisé multiculturel “Carrefours”. Cet espace de communication et d’information pour les migrant-e-s diffuse des émissions sur des thématiques liées à la population migrante et à la multi-culturalité.

Madame Silvia Marino-Mamani, née en Bolivie, est arrivée en Suisse en 1996, avec « 50 dollars en poche et un pyjama de rechange pour tout bagage ».  Elle a travaillé en tant qu’employée de maison pendant onze années. En 2007, après une arrestation traumatisante, elle a rejoint le Collectif de travailleuses/eurs sans « statut légal » (CTSSL). Progressivement, elle est devenue l’une des porte-parole du groupe « femmes actives » du collectif. Parallèlement, elle a activement contribué à des campagnes de sensibilisation et d’action en lien avec la santé et les droits des migrant-e-s. Membre active du comité du « Collectif de soutien aux sans-papiers », Madame Silvia Marino-Mamani entend poursuivre son engagement en faveur des droits des travailleurs/euses sans statut légal.

Le combat de ces trois femmes, leur volonté sans faille, l’engagement dont elles se nourrissent doivent être salués. Et comme l’a rappelé Madame Silvia Marino-Mamani, la lumière qui se pose aujourd’hui sur elles doit aussi nous rappeler que, autour de nous, des milliers d’autres migrant-e-s luttent chaque jour dans l’ombre pour une vie plus juste et plus digne.

A noter finalement que deux prix d’honneur ont été remis pour saluer l’engagement de deux femmes contre les injustices et les discriminations. Ils ont été remis à Madame Jacqueline Berenstein-Wavre, première femme présidente du Conseil municipal de la Ville de Genève et ancienne présidente du Grand Conseil genevois, ainsi qu’à Madame Anne-Catherine Menetrey-Savary, ex-députée vaudoise et ancienne conseillère nationale. Toutes deux ont en commun un parcours de militante exemplaire.

Mme Alba Viotto (à doite) et Mme Jacqueline Berenstein-Wavre

Félicitations à toutes les cinq. Des modèles, à n’en pas douter !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: ,