Mi-novembre, je vous avais déjà glissé quelques mots au sujet de l’entreprise « Label Bobine », située à la rue du Nant aux Eaux-Vives. Dans le cadre de ma série de billets consacrés au Fonds chômage,  j’ai envie de vous en parler davantage. Parce que c’est un beau projet.

« Label Bobine » est le dernier projet de l’association SOS Femmes, soutenue par la Ville de Genève depuis de nombreuses années. Cette association, dont les origines remontent à 1940, effectue un travail remarquable en faveur de la réinsertion sociale et professionnelle de femmes en situation difficile. Outre une permanence téléphonique prodiguant appui et conseils, SOS Femmes a développé deux secteurs d’activités distincts mais complémentaires : un secteur « accompagnement social » offrant une aide active dans la mise en place de projets d’insertion socio-professionnelle et un secteur « travail » proposant aux femmes le souhaitant une formation de base, favorisant l’acquisition de compétences professionnelles.

Après la boutique « les Fringantes » dédiée au domaine de la vente, SOS-Femmes a inauguré le 15 novembre dernier l’entreprise de couture « Label Bobine ». Cinq femmes y sont employées à 100%, toutes par le biais d’emplois de solidarité (EDS) : trois couturières, une assistante administrative et une assistante logistique. Elles sont peu ou pas qualifiées. Mais toutes souhaitent développer leur potentiel. « Label Bobine » leur offre cette opportunité, en leur permettant d’acquérir et de développer des connaissances et savoir-faire professionnels. Les employées consacrent par ailleurs 20% de leur temps à la formation (langues, mathématiques, etc.) et à l’établissement d’un projet professionnel. Surtout, les emplois crées par « Label Bobine » permettent une revalorisation et une autonomisation progressive des employées. Une première étape essentielle vers le retour sur le marché primaire de l’emploi.

Et si l’on regardait d’un peu plus près ce qui se fabrique dans cette entreprise ? En entrant dans l’atelier, on est tout de suite attiré-e par le mélange de couleurs, de matières et de modèles. Il faut dire que les projets ne manquent pas. Premier sur la liste, la production en série de pièces (vêtements, accessoires, …) pour des créateurs de la région. « Un véritable marché de niche » selon Yen Nhi Nguyen, la pétillante responsable d’entreprise. L’avantage de cette production est d’être souvent très technique et de permettre aux couturières, supervisées par une cheffe d’atelier expérimentée, de développer un savoir-faire précieux. Parallèlement, l’entreprise met en place une boutique itinérante qui proposera de très beaux vêtements de seconde main aux résidants d’EMS. Ici, il s’agit non seulement de mettre à leur disposition des habits abordables et de qualité, mais également d’amener un peu d’animation au sein des EMS. Finalement, « Label Bobine » développe ses propres créations, principalement destinées aux personnes âgées ou handicapées en institution : de magnifiques jupes, très faciles à mettre et enlever pour des personnes à mobilité réduite, des capes colorées, pratiques pour juste recouvrir les épaules lorsqu’il fait plus froid, des gants, des écharpes. La qualité du travail frappe. Celle des idées aussi.

Et pour le futur ? Yen Nhi Nguyen déborde d’idées. Mais avant tout, il s’agit de trouver de nouveaux mandats, pour doubler l’équipe de couturière. Elle y travaille. Et à voir l’énergie et la volonté dont toute l’équipe fait preuve, je suis certaine qu’elles y parviendront.

Pour en savoir plus : SOS Femmes

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , ,