En octobre 2011, une machine d’un genre nouveau a été inaugurée au sein de la coopérative Verntissa à Châtelaine. Son nom ? « Hobart ». Sa taille ? Près de 10 mètres de long. Sa fonction ? Laver de manière écologique de la vaisselle en plastique. Un projet inédit à Genève, dernier né de l’association l’Orangerie. Un projet soutenu financièrement par le Fonds chômage de la Ville.

L’association l’Orangerie a vu le jour en 1985. Depuis cette date, elle contribue à la réinsertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté. Convaincue que le travail agit comme un moyen structurant pour retrouver un équilibre de vie et une certaine confiance en soi, l’Orangerie a choisi l’angle de la réinsertion par l’économie. Elle donne ainsi la possibilité à des adultes en situation de rupture professionnelle de travailler jusqu’à 18 mois dans des secteurs variés tels que la peinture, le jardinage, le nettoyage, le déménagement, le débarras et le nettoyage d’espaces publics. Les employé-e-s de l’Orangerie – 15 en 2010 – sont suivis par quatre travailleurs sociaux qui garantissent un soutien et un encadrement personnalisés. La majorité des employé-e-s est âgée de 26 à 34 ans (47 %) et n’a pas de formation (87%). Beaucoup sont des chômeurs/euses de longue durée, suivi-e-s par l’aide sociale. Toutes et tous souhaitent renouer avec la vie active et réintégrer rapidement le marché primaire de l’emploi.

C’est donc pour offrir de nouvelles perspectives d’emploi et de réinsertion à ses employé-e-s que l’Orangerie a conçu son projet de laverie à la Châtelaine, avec cette particularité qu’elle concilie de manière intelligente et innovante  l’écologie, l’économie et le social.

On le sait : la production de déchets urbains en Suisse ne cesse d’augmenter. L’impact  de cette production sur l’environnement est extrêmement négatif et devrait nous inciter, toutes et tous, à revoir nos pratiques en la matière. C’est en partant de ce constat que Stéphane Demaurex a conçu un système ingénieux de gobelet réutilisable, lancé en 2009 au Paléo Festival. L’idée est simple : il s’agit de proposer aux organisateurs/trices de manifestations et aux gérant-e-s de lieux accueillant du public un service de gobelets lavables. Ces gobelets – en polypropylène (PP) homopolymère, soit un matériau facilement recyclable – sont mis à disposition du public, contre une consigne de 2.- Frs. Une fois la boisson consommée, le gobelet est rendu au bar et la consigne est restituée au client. A l’issue de la manifestation, les gobelets sont récupérés, lavés et stockés. Au final, plutôt que de n’être utilisé qu’une seule fois (bien jetable), le gobelet est remis en circulation et utilisé un nombre de fois quasi illimité (bien durable). Simple et efficace.

En octobre dernier, soutenue financièrement par le Fonds chômage de la Ville de Genève et la Loterie romande, l’Orangerie a donc inauguré une laverie flambant neuve à Genève. L’imposante infrastructure mise en place peut assurer le lavage d’entre 2’700 et 5’000 gobelets par heure et répondre aussi bien à la demande de festivals de grande envergure qu’à celle de petites buvettes. Conçue dans un souci de respect de l’environnement, elle ne consomme que très peu d’eau et d’électricité.

 

La laverie de l’Orangerie est gérée, selon la demande, par 4 à 16 employés, encadrés par un chef d’atelier. Outre une formation complète sur le fonctionnement de la machine, le personnel acquiert progressivement des connaissances dans plusieurs autres secteurs d’activités tels que le traitement des commandes et la gestion des stocks, la comptabilité (utilisation du logiciel Excel) et le traitement de texte. La situation géographie de la laverie est également intéressante, puisqu’elle permet aux employés de l’Orangerie de rencontrer, notamment lors des pauses à la cafétéria commune, de nombreux artisans présents sur le site de la coopérative Verntissa. Cela contribue à créer des liens et à étendre le réseau professionnel des employés de l’Orangerie.

Même si le projet est relativement jeune, il a déjà prouvé qu’il répondait à une réelle demande : les organisateurs de la course de l’Escalade, de la fête du 31 décembre de la Ville de Genève, de l’inauguration du tram Onex-Bernex ou encore de la manifestation Gymnestrada à Lausanne ont notamment fait appel aux services de la laverie de l’Orangerie. Par ailleurs, l’Orangerie a commencé à diversifier ses services en proposant de laver et de sécher de nombreux autres supports plastiques tels que des caisses, des plateaux et des assiettes. Dans le futur, l’entreprise souhaite également acquérir et proposer à la location d’autres produits comme des verres à cocktails, des flûtes ou des verres à vin. Selon le développement de l’activité, de nouvelles places de travail seraient envisageables, notamment en marketing/vente ou back office.

Un beau projet de développement durable, qui met en lumière l’innovation dont font souvent preuve les entreprises de l’économie sociale et solidaire pour le bien des collectivités.

Pour en savoir plus :

http://www.lorangerie.ch/qui-sommes-nous/

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,