Comme je vous l’annonçais hier, j’ai suivi avec attention les débats de la Constituante. Je dois dire que je n’ai pas été déçue ! Affligeant d’entendre les Constituant-e-s dépeindre les représentant-e-s des 45 Communes genevoises : une bande d’irresponsables gravement limité-e-s dans leurs facultés intellectuelles. Voilà ce que nous sommes, nous, élu-e-s locaux. Oui, parce que selon l’Assemblée constituante (une part en tout cas), les communes genevoises n’ont absolument aucune idée de ce qui est bien pour leurs communier/ère-s. La preuve ? La fiscalité et la péréquation financière intercommunale. Peu importe s’il y a  2 ans, à l’unanimité et après beaucoup de travail, les communes genevoises ont adopté un nouveau modèle de péréquation, système efficace qui fonctionne bien. Tellement bien, qu’elles ne souhaitent pas en changer mais l’améliorer et qu’elles l’ont clairement annoncé. Et bien non, les Constituant-e-s savent mieux que quiconque ce qui est bien pour Genève et ont ainsi décidé de complètement modifier ce système et d’en introduire un nouveau contre l’avis des communes. Cherchez l’erreur.

Et attention, ce n’est pas tout : là où les pertes annoncées devaient être compensées, elles ne le seront plus. En clair, le fameux transfert des charges (les institutions de portée cantonale ou intercantonale) censé compenser les pertes fiscales introduites par le nouveau système a été enterré. Une jolie cerise sur un petit gâteau. Mais rassurons-nous.  Comme les Constituant-e-s sont très fort-e-s, ils et elles ont tout prévu. On se réjouit déjà de découvrir les mesures qu’ils proposeront à la Ville de Genève pour compenser ces 86 millions de pertes fiscales.

Ne nous inquiétons pas, nous sommes guidé-e-s par ceux qui savent… ou pas.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , ,