Voici une nouvelle qui fait du bien : la Ville de Genève (j’insiste sur Ville) arrive en tête du comparatif annuel établit par l’Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP) et par PME Magazine concernant les finances publiques des villes suisses. Ce classement, conçu afin d’apporter un éclairage sur la santé financière des collectivités publiques, permet de déterminer quels sont les bons et les mauvais élèves en matière de gestion financière. Et cette année, Genève est la meilleure.

Il s’agit d’une excellente nouvelle pour Genève. Parfois maltraitée, souffre-douleur qu’on aime à pointer du doigt, qu’on tient systématiquement pour la mauvaise élève et dont on se gausse ici ou là, Genève-Ville se distingue aujourd’hui par son excellence, par sa bonne gestion et par ses performances financières de pointe. Et oui! N’en déplaise aux esprits chagrins qui voient uniquement les dysfonctionnements. Une nouvelle qui tombe à pic et nous rappelle que Genève peut aussi être celle dont on s’inspire. Ne boudons pas notre plaisir.

Ce classement devrait – je le souhaite – mettre un terme aux critiques de celles et ceux qui, au sein du Conseil municipal, crient au catastrophisme budgétaire et n’ont de cesse de montrer les autres villes en exemple. Pour rappel, lors du vote du budget 2012 , certaines et certains Conseillers municipaux n’ont pas hésité à décrire Genève comme une ville apocalyptique, une ville qui courait à sa perte et dont on savait qu’elle était la moins bien gérée de Suisse. Aujourd’hui, j’espère que, dans certains rangs, on abandonnera, pour quelques temps, les postures politiques dogmatiques et parfois caricaturales. Car, en cette période de crise économique, Genève a besoin d’un délibératif et d’un exécutif uni, prêt à entamer un travail de fond et à examiner, de concert, des solutions innovantes pour l’avenir, des solutions qui développent notre région durablement et créent de l’emploi de qualité décemment rémunéré. Un pacte social pour l’emploi, notamment.

Finalement, je souligne que cet excellent résultat est le fruit d’un travail collectif. Un engagement de tous les instants de mes collaboratrices et collaborateurs mais également de mes collègues du Conseil administratif qui me font confiance et m’appuient. Je les en remercie. Ensemble, nous gérons la Ville au plus juste des besoins, de manière efficace et efficiente, en tenant compte des ajustements nécessaires, notamment en période de crise, mais également des besoins et attentes de la population. Une gestion des finances équilibrée mais solidaire, tel pourrait être notre mot d’ordre. Et c’est ainsi que nous entendons poursuivre. Pas dans le but de figurer en tête de classements. Mais simplement pour garantir des finances publiques saines et pérennes aux citoyennes et citoyens genevois, gage du développement de notre ville et d’un meilleur vivre ensemble.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,