Après Zurich en 2009, c’est le canton de Schaffhouse, dimanche dernier, qui a supprimé les forfaits fiscaux au terme d’une votation populaire. La décision, plutôt nette, a été prise par une majorité de 55.1% des votant-e-s.

Ce résultat est symbolique et traduit un réel changement d’état d’esprit en Suisse. Imaginez ! Le canton de Schaffhouse connaît, depuis toujours, une large majorité de son exécutif et de son parlement à droite, ainsi qu’une tendance politique que l’on peut qualifier de conservatrice. Jamais, on aurait pensé qu’un tel canton supprime les forfaits fiscaux, symbole de la fiscalité attrayante et opaque suisse. Et pourtant, dimanche dernier, le canton alémanique a fait preuve de progrès et de courage.

De progrès, car il s’agit d’une réelle avancée en terme de justice fiscale. Fini les traditions qui préservent les privilèges aux plus riches. Osons l’égalité de traitement. Car c’est aussi du courage, qu’il a fallu aux Schaffhousois-e-s pour prendre une telle mesure et ne pas rentrer dans le jeu de la concurrence fiscale dévastatrice que se livrent les cantons. Voici de la hauteur et de la clairvoyance de la part de ces hommes et ces femmes, dont il serait bon de s’inspirer.

Si la suppression des forfaits fiscaux passe à Schaffhouse, c’est dire à quel point il existe un malaise en Suisse sur le sujet. Et c’est compréhensible !

Ces forfaits sont octroyés à de très grandes fortunes étrangères qui ne doivent pas exercer d’activités lucratives sur le territoire helvétique. Calculés selon la dépense, ils consistent concrètement en un très gros rabais d’impôt, dont les conditions restent dès plus opaques. Initialement crées au début du XXème siècle pour quelques touristes ou retraité-e-s, ils sont devenus un outil de promotion fiscale en augmentant drastiquement leur nombre.

Aujourd’hui, au crépuscule d’une crise et à l’aube d’une nouvelle qui touche de plein fouet notre population, il apparaît scandaleux de préserver des privilèges aux plus fortuné-e-s. L’effort doit être consenti par toutes et tous en fonction des moyens de chacun-e.

Après l’exemple réussi de Zurich en 2009 et les effets positifs que cela a apporté sur le canton (diminution des prix des logements et aucune perte fiscale), Schaffhouse a pris le pas. A qui le tour ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,