« Femmes bras croisés, la Ville perd pied ! » C’est avec ce slogan que Genève affiche sa volonté en matière d’Egalité avec une campagne au cœur de notre Ville. Ayant lieu chaque année depuis 2007, cette campagne rappelle l’engagement de la Ville pour une égalité de fait entre les femmes et les hommes.

2011 n’est pas une année comme les autres !

En 1981, l’égalité entre les femmes et les hommes fait son entrée dans la Constitution suisse au terme d’une votation populaire. L’égalité entre dans la loi et devient alors une réalité juridique qui assure la protection de chacune et de chacun contre toutes les formes de discrimination basées sur le sexe.

Toutefois, dix ans après, en 1991, force est de constater que dans les faits l’égalité n’est pas encore au rendez-vous. Dans le monde professionnel, les inégalités salariales demeurent et les discriminations à l’embauche empêchent encore beaucoup de femmes d’avoir des carrières à la mesure de leur niveau d’études et de leurs compétences.

Le 14 juin 1991, un demi-million de femmes se mettent en grève sur leur lieu de travail, au bureau, à l’usine et à la maison et décident de sortir manifester dans la rue.

Fort du slogan « Femmes bras croisés, le pays perd pied », c’est le plus important mouvement féministe populaire en Suisse. Avec la couleur fuschia comme étendard, les femmes revendiquent que la loi d’application de l’article constitutionnel entre enfin en vigueur afin que dans la vraie vie, les choses changent.

En 2011, la Ville de Genève reprend le slogan de 1991 en le modifiant quelque peu. Il s’agit de mettre en valeur les 1600 femmes qui travaillent en Ville de Genève, leur rôle et leur travail, ainsi que leur apport professionnel et personnel dans la conduite des missions dévolues à la commune.

Je précise, à ce stade, je n’omets pas de reconnaître le rôle important que jouent les hommes dans cette volonté d’égalité. Car l’affiche 2011 est plus qu’un symbole. C’est l’engagement de l’ensemble des services, femmes et hommes, pour plus d’égalité dans les faits au travail en Ville de Genève.

Huit femmes travaillant pour l’administration genevoise ont accepté de poser bras croisés pour mettre en avant leur rôle dans la bonne marche de la Ville de Genève. Issues de différents services elles sont des rouages essentiels de l’administration.

Sans toutes ces femmes, la Ville perd pied !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,