Rencontrer, partager et respecter sont les moteurs d’une démocratie qui fonctionne. C’est pourquoi, j’ai tenu à placer mon année de mairie sous le signe de la rencontre. C’est pour moi une responsabilité mais également une chance incroyable que de pouvoir rencontrer chacune et chacun des habitant-e-s de notre Ville.

En plus d’avoir pu participer de multiples rencontres notamment avec les résident-e-s d’EMS, les habitant-e-s des quartiers, les conférences sur la Genève internationale et les multiples événements propres à ma fonction.

J’ai organisé durant cette année des rencontres avec différents groupes et communautés de la population genevoise au Palais Eynard. Depuis le mois d’octobre 2010, j’ai eu l’honneur et le plaisir de recevoir des jeunes venant de l’Ecole de culture générale, du CPF construction et du SCAI, mais également des plus âgé-e-s, avec les Clubs d’ainé-e-s, Cité-seniors et Uni 3 (à venir en mai), et enfin, des membres de communautés et d’associations d’étranger-ère-s telles que les communautés italienne et française, ainsi que les associations Tierra Incognita, l’UPA et la Fédération Maison Kultura.

Ces rencontres sont également l’occasion de montrer des lieux qui contribuent au patrimoine historique de notre cité et qui sont bien trop souvent fermés ou inconnus aux yeux du public. C’est ainsi que se déroule, lors de chaque événement, une visite guidée de la Salle de l’Alabama et du Palais Eynard. Et bien souvent, j’entends les mêmes commentaires : « Je ne connaissais pas ces lieux » ou « Cela fait plus de 40 ans que j’habite Genève et je n’étais jamais rentré-e à l’intérieur du Palais Eynard ». Ces réactions me touchent et me motivent à poursuivre ce type d’action qui permet à toutes et tous les Genevoises et Genevois de s’approprier pleinement leur Ville.

Lors de chacune de ces rencontres, les participant-e-s assistent pendant 45 minutes à la séance du Conseil municipal. Et, c’est ensuite, durant la pause, que nous nous retrouvons au Palais Eynard avec également plusieurs Conseiller-ère-s municipaux/ales, afin de discuter ensemble des impressions et des interrogations qu’ils/elles ont pu avoir.

C’est pour ma part, un moment très important. Cela permet de montrer le travail fourni par les élu-e-s de notre Ville, et également le rôle et le pouvoir décisionnels qu’ils/elles possèdent. Mais c’est aussi l’occasion d’entendre les remarques et les demandes provenant directement des habitant-e-s de notre cité.

C’est ça, la démocratie pour moi : le dialogue entre le peuple et leurs représentant-e-s ! Et tant que la démocratie existe, le peuple aura toujours le dernier mot.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,