Le Japon vit une catastrophe environnementale et humaine sans précédent. Nous sommes nombreux et nombreuses, partout dans le monde, à suivre cette macabre actualité, figé-e-s de stupeur, de frayeur face aux menaces qu’engendre la centrale atomique de Fukushima I (Daiishi). 25 ans après Tchernobyl, nous revoilà, impuissant-e-s face à une catastrophe aux conséquences désastreuses pour les populations et l’environnement. Que ferions-nous si comme nos frères et sœurs japonaises nous étions plongé-e-s dans cet enfer ?

La filière nucléaire est dangereuse, mortellement dangereuse. Il faut s’en convaincre et s’en souvenir. Ce qui se passe au Japon actuellement doit nous servir de leçon. En Suisse comme ailleurs, nous devons arrêter la production d’électricité via le nucléaire. Les faits sont là : nous ne maîtrisons pas cette énergie et encore moins les déchets qu’elle engendre. Si nous voulons nous préserver et préserver notre planète, nous devons cesser de jouer aux apprenti-e-s sorciers !

Alors, oui je félicite la Conseillère fédérale en charge du Département de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, Madame Doris Leuthard qui a décidé de geler les projets de nouvelles centrales atomiques de remplacement. Mais j’insiste, il faut aller plus loin !

La Suisse compte 4 centrales nucléaires (Beznau 1 et 2, Mühleberg, Gösgen et Leibstadt). La France, pays limitrophe, est nucléarisé à 85%. Face à cette menace, la sagesse veut que nous décidions non pas de moratoires mais bien d’un arrêt à terme de l’utilisation de la filière nucléaire.

Ceci m’amène à proposer aux membres de la Constituante qui ont jugé opportun de supprimer l’article sur l’interdiction totale du nucléaire dans le canton de Genève, de revenir sur cette proposition.

Plus largement, ceci m’amène également à questionner la responsabilité des pouvoirs locaux, les villes suisses notamment. Pourquoi ne pas proposer au Conseil fédéral de sortir du nucléaire ? Au 21è siècle, plus que jamais, les désastres et catastrophes lointains ont souvent des répercussions globales et locales.

Je vous invite à participer à la manifestation organisée par l’association ContrAtom pour l’arrêt du nucléaire, samedi 26 mars à 14h30 à la Place Neuve.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,