Hier, les Genevoises et les Genevois avaient à se prononcer sur le projet d’amnistie fiscale  dont j’ai déjà eu l’occasion de parler sur mon blog.

Ce projet, initié par la droite au Grand Conseil, le MCG et l’UDC, visait à mettre en place une amnistie fiscale pour les individus n’ayant pas déclaré la totalité de leur revenu ou fortune. Celle-ci offrait, en plus de l’annulation de l’amende et de la plainte pénale octroyée par l’amnistie fédérale déjà en vigueur, un rabais de 70% sur la somme des arriérés non déclarés durant les dix dernières années. Plus qu’inciter à de nouvelles rentrées fiscales, je trouve que ce projet revêtait davantage la forme d’une prime à la triche.

A l’encouragement à la fraude proposé par la droite, les Genevoises et les Genevois ont répondu NON à 53%. En Ville de Genève, le refus a été encore plus important avec 58% des suffrages exprimés. En tant que responsable des finances de la Ville, je tiens à remercier mes concitoyen-ne-s pour leur appui au principe de justice fiscale. Mon rôle est, en effet, de veiller à ce que l’argent du contribuable soit investi de façon judicieuse et à ce que chaque Genevoise et chaque Genevois puisse en bénéficier en retour. Chaque sou compte!

Par ce vote, le peuple a rappelé qu’il n’y a pas d’impunité et qu’il est important de payer ses impôts pour bénéficier d’un service public offrant des prestations de qualité.

Cette victoire doit être savourée et soulignée mais elle ne doit pas occulter les prochains défis qui attendent les communes comme la volonté de supprimer la taxe professionnelle ; taxe qui rapporte près de 120 millions de francs à notre commune et payée essentiellement par les banques !



Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,