Lundi prochain, je pars pour Dakar afin d’assister à la réunion du Forum des autorités locales. Alors, vous allez très certainement me poser la question : mais que va-t-elle faire là-bas ? Quel est le besoin pour Genève de s’y rendre ? Où est la proximité dans tout cela ?

Tout part d’un constat, aujourd’hui, la moitié de la population sur terre vit dans les villes. Nous connaissons depuis plusieurs années un véritable « exode rural ». Cette tendance, liée à la mondialisation, amène à des problématiques qui touchent chaque ville. Que ce soit à Genève, à Lausanne, à Milan ou à Lille, nous partageons les mêmes difficultés : taux de chômage, petite criminalité, personnes à l’assistance… Dans ce monde globalisé, ce sont les villes, qui sont directement touchées, mais ce sont également, elles, qui détiennent les réponses à ces défis, en proposant des solutions locales. Alors, en réfléchissant ensemble, nous, « citadin-e-s du monde », en partageant et en discutant, nous pouvons trouver des issues favorables à la mondialisation.

C’est dans cette optique, que j’ai accepté avec grand plaisir, l’invitation du Maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, de me rendre dans sa Cité pour la réunion de la Fédération des Autorités Locales. Cette rencontre s’effectue dans la continuité de mon action pour le renforcement du rôle de Genève dans la Gouvernance mondiale. Puisqu’en novembre dernier, je m’étais déjà rendue à Mexico au sommet des « Cités et Gouvernements Locaux Unis ». Voici un moyen de trouver les solutions aux problématiques globales par des réponses locales !

Notre Ville représente un lieu-clé au niveau international. Un grand nombre d’enjeux planétaires contemporains y sont traités, tels que : la Paix, les droits humains, l’action humanitaire, la santé, le développement durable, le commerce, le travail, le climat, les migrations et le refuge…Ainsi, en plus d’être une ville hôte, nous devons faire en sorte que Genève devienne actrice de la Gouvernance mondiale, afin de contribuer activement à la construction du monde de demain.

C’est pourquoi, j’ai deux principaux objectifs concrets en me rendant à Dakar. Le premier est d’établir le Bureau de la CGLU à Genève. En effet, le nouveau président de celle-ci a présenté l’objectif de renforcer les liens entre l’organisation et l’ONU. Dans son idée, il pensait à New-York. Pour ma part, j’ai défendu l’idée que ce Bureau soit basé à Genève. Avoir un Bureau de la plus grande organisation internationale des Villes renforcerait de façon considérable la position de Genève dans la Gouvernance mondiale et derrière ce sont des emplois, des rentrées fiscales et de nouveaux consommateurs et consommatrices !

Mon deuxième but est de renforcer la position de Genève au sein de la CGLU. Depuis plusieurs années, Genève a perdu sa place au sein du Bureau exécutif de l’organisation, lieu de toutes les décisions stratégiques. C’est pourquoi, après m’être battue pour sauvegarder la commission genre, je souhaiterais en prendre la présidence. Cette volonté est notamment liée à mes engagements pour Genève en matière d’égalité.

Ces objectifs pour Genève pour lesquels je m’engage, c’est en nous déplaçant à Dakar, en rencontrant des homologues, telle que Martine Aubry, Maire de Lille, qui sera également présente, que nous pourrons les atteindre. C’est mon rôle de Maire, que de défendre notre Ville et sa place dans le monde.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,