Photo: Fabienne Muller / Ville de Genève, 12 décembre 2010

Après les épines d’une élection contrastée, un immense bouquet de roses! La population genevoise a entouré de son affection Micheline Calmy-Rey. Dimanche 12 décembre fut une journée faste. A plus d’un titre.

La présidente élue de la Confédération a volontairement cassé le protocole pour aller à la rencontre des Genevoises et des Genevois.

Pas de train spécial, pas de fanfare, pas d’accueil officiel. Micheline Calmy-Rey a préféré se mêler à la foule sous la tente érigée au Parc des Bastions, où un millier de personnes sont venues l’acclamer. Je la remercie de ce geste politique fort qui exprime la volonté de dialoguer avec les citoyennes et les citoyens, d’être à l’écoute et comprendre les préoccupations des gens. Le leitmotiv sous lequel j’ai placé mon année de Mairie.

Les habitantes et les habitants ont visiblement apprécié cette désacralisation de la fonction. Ils ont entouré d’affection “leur” conseillère fédérale et présidente, la première femme à exercer deux fois cette fonction.

J’ai été émue et fière d’accueillir Micheline Calmy-Rey, femme forte, courageuse, intelligente et engagée. Une politicienne résolue à ne se laisser enfermer dans la caricature des ces femmes et hommes politiques gris qui ne font pas de vagues et ne dépassent pas de la mêlée. Elle n’est pas de ces conseillers fédéraux qui se calent dans le moule des secrétaires généraux de département…

Je la remercie d’être allée sur le terrain pour répondre aux questions des Genevoises et des Genevois, à leurs inquiétudes sur la qualité de l’instruction publique, la démocratisation des études, l’isolement international du pays, la place des étrangers…

Le contact avec la population a été à son image: franc, direct, sans crainte de dire des choses qui déplaisent. Car c’est surtout ça la politique: expliquer sincèrement les problèmes et leurs solutions, rendre compte des aspérités du réel, des désillusions comme des espoirs.

Micheline a assuré qu’elle sera la présidente «de tous les Suisses» et que les relations avec l’Union européenne restaient à ses yeux «prioritaires». Voilà la marque d’une leader qui se soucie de la destinée de son pays, dont l’avenir repose sur sa capacité à rompre son isolement, à rétablir sa crédibilité, à se repositionner sur la scène internationale contre ceux qui avivent les peurs et le repli sur soi.

La présidente élue milite de longue date pour une Suisse ouverte. En affirmant une diplomatie du dialogue, fondée sur la neutralité active, elle a rompu les schémas et redoré la tradition des bons offices helvétiques. Ce dynamisme profite aussi à Genève, ville internationale devenue capitale de la gouvernance mondiale.

Merci Micheline de garder ton intégrité et de porter haut et fort les valeurs qui nous unissent, les intérêts de notre canton et de notre pays!

Photo: Fabienne Muller / Ville de Genève, 12 décembre 2010

Retrouvez la galerie de photos de la Fête de l’Escalade sur le site de la Ville de Genève.

Femme forte

Femme courageuse

Femme intelligente

Femme engagée

Pour certains ces qualités sont des défauts. Le plus souvent on aimerait des femmes et des hommes politiques gris qui ne fassent pas de vague, ne dépassent pas de la mêlée.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , ,