Etre locataire de la Ville de Genève présente certes beaucoup d’avantages. Mais les habitantes et les habitants du quartier de la Servette*, à l’image de celles et ceux du Quai du Seujet, que j’ai rencontrés le 30 novembre dernier (billet du 1er décembre), se plaignent de souffrir au quotidien de dégradations, incivilités, nuisances sonores…

Ils-elles se sont exprimé-e-s à ce sujet lundi dernier au cours d’une réunion avec des cadres de l’administration de la Ville et de la Gérance immobilière municipale (GIM), représentée notamment par sa directrice, Madame Sylvie Bietenhader.

Ayant été retenu par le débat budgétaire au Conseil municipal, je regrette de ne pas avoir pu participer à la réunion. J’ai toutefois tenu à être informée du déroulement de la discussion. J’ai alors appris que les locataires ont avant tout transmis un sentiment d’insécurité. Le quotidien des locataires municipaux de la Servette s’est-il à ce point dégradé?

Comme l’a souligné Madame Bietenhader, la GIM a renforcé sa collaboration avec la police municipale. C’est un point important, qu’il faut mettre en bonne évidence.

Les locataires peuvent demander l’intervention des agents de la Ville, qui se déplacent et interviennent promptement. Mais – il est important de le rappeler – ils n’ont pas les ressources (ni la police cantonale d’ailleurs, représentée lundi soir par une agente en uniforme) pour exercer une surveillance préventive permanente. Des interventions communes sont possibles.

Dans les bâtiments concernés*, il est prévu en 2011 de refaire l’éclairage dans les sous-sols, ce qui est de nature à rassurer les locataires. Nombreux se sont plaints de l’attroupement de jeunes dans les allées. “Ils se mettent au chaud, a expliqué l’agente de police. En été, ils sont dans les parcs, on ne les remarque pas. Mais en hiver, par grand froid, ils se protègent en s’abritant dans les immeubles”.

Mais lorsque quelqu’un vous interpelle et vous dit: «Les lumières sont régulièrement arrachées, les saletés s’accumulent partout, les allées puent, sont parfois jonchées d’objets, canettes, etc.”, il faut préciser que “la GIM n’a pas vocation à éduquer celles et ceux qui font fi des règles de vie commune”. Je remercie Madame Bietenhader d’avoir souligné ce point.

Je remercie également les cadres de la GIM d’avoir annoncé un cycle de travaux d’utilité en 2011 dans les bâtiments concernés. Outre la réfection de l’éclairage, il s’agira de refaire les canalisation dans les sous-sol et d’assainir les ascenseurs. Autant d’interventions qui permettront – je l’espère – d’améliorer le quotidien des locataires du quartier de la Servette, pour que ce dernier reste pour l’essentiel un lieu où il faut bon vivre.

*Titulaires d’un bail de la Gérance immobilière municipale (GIM). Les bâtiments concernés se situent à la rue Hoffmann, rue François-Ruchon, des Asters et Schaub.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , ,