Coup sur coup, deux hommes politiques d’envergure déboulent dans le champ médiatique. Christoph Blocher est chargé de redresser les finances de la Basler Zeitung. Le syndic de Lausanne Daniel Brélaz souhaite disposer d’une chaîne de télévision diffusant des émissions électorales, avec les portraits des candidates et des candidats. De quoi faire ressurgir l’épineuse question des relations entre politique et médias et du rôle de ceux-ci dans la démocratie.

A noter que, en août dernier, c’est l’ancien rédacteur en chef adjoint de la Weltwoche, notamment biographe de Christoph Blocher et du général Guisan, qui a été nommé rédacteur en chef du quotidien bâlois. A noter aussi que La Télé, chaîne valdo-fribourgeoise bénéficiant d’une concession régionale au même titre que Léman Bleu, aurait déçu les attentes de nombreux-ses élu-e-s locaux quant à la couverture des débats municipaux. D’où l’idée de créer une chaîne officielle lausannoise.

Je ne commenterai pas ces événements. Je me limiterai à évoquer une étude sur la qualité des médias réalisée en août dernier par l’Université de Zurich. Les questions soulevées autour des interventions de Christoph Blocher et Daniel Brélaz y sont notamment abordées. Tels par exemple les effets néfastes des redressements financiers, ouvrant le plus souvent la voie à la fusion ou à la disparition de titres. On a vu le rachat d’Edipresse par Tamedia et la fusion du TagesAnzeiger de Zurich et du Bund de Berne. Que restera-t-il de la Basler Zeitung après la moulinette activée par l’ex conseiller fédéral UDC?

L’étude met en évidence la baisse de la couverture de la politique institutionnelle dans la presse payante sous l’effet des journaux gratuits. Selon les chercheurs, un processus de “boulevardisation” est en cours. De plus en plus souvent, c’est sous l’angle people ou sensationnaliste qu’un sujet politique est désormais traité par la majorité des journaux. Il en résulte une vision quelque peu déformée de la réalité politique mais aussi une perte de la qualité du débat.

Voici une revue de presse sur les enjeux liés à la proximité entre politique et médias.

Une TV municipale en vitrine du pouvoir, Le Temps, 19 novembre 2010

Lausanne lance sa télévision officielle, Le Courrier, 18 novembre 2010

La Basler Zeitung sous influence, Le Temps, 17 novembre 2010

L’éditeur de la “Basler Zeitung” dément une influence politique, Tribune de Genève, 16 novembre 2010

La Basler Zeitung s’inquiète de la direction politique du journal, Tribune de Genève, 15 novembre 2010

NB: Le 24 novembre, la Basler Zeitung a été finalement vendue à Moritz Suter, ancien patron de Suter. Christoph Blocher a été écarté. Lire le compte rendu de cette décision dans Le Temps.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,