Tout le monde connaît la devise, “Un pour tous, tous pour un”, sur laquelle la Suisse moderne s’est construite. Si elle place la solidarité au centre de l’édifice fédéral, cette devise ne s’applique pas en revanche au domaine de la fiscalité, où prévaut le principe malsain de la concurrence entre cantons ou communes. Les résultats sont parfois ahurissants. Prenez l’exemple de Marcel Ospel, ancien patron d’UBS, qui a déménagé de Bâle à Schwytz, en divisant ses impôts par deux. Eh bien, en cas de problème médical sérieux, Monsieur Ospel se fera soigner à Zurich car, à Schwytz, l’Etat est réduit à sa plus simple expression. Ses enfants, eux, iront étudier à Genève ou à Berne… Et le milliardaire Ospel ne paiera pas d’impôts pour les services publics dont lui et sa famille vont bénéficier.

Voilà qui jette une lumière crue sur la dégradation de l’équité fiscale en Suisse. Les cantons de Suisse centrale et leurs voisins doivent cesser de saigner fiscalement les grands centres urbains pour prospérer. Ces cantons ne connaissent pas la crise, grâce au “braconnage” de gros contribuables. Les ménages les plus vulnérables et les classes moyennes sont les grands perdants. Le 28 novembre, le peuple se prononcera sur l’initiative socialiste «Pour des impôts équitables – Stop aux abus de la concurrence fiscale» proposant un critère équitable d’imposition. Pour les revenus annuels imposables dépassant les 250’000 francs, le total de l’impôt communal et cantonal devra s’élever au moins à 22%.

L’accepter, c’est rétablir le principe de justice fiscale en voyant les plus fortunés financer un peu plus généreusement qu’actuellement des prestations auxquelles eux aussi ont recours. Voici une brève revue de presse sur les principaux enjeux de cette votation.

En finir avec le braconnage fiscale des petits cantons alémaniques, Le Temps, 3 novembre 2010

Le saisissant débat sur les super-riches, Le Temps, 3 novembre 2010

“Le PS est le seul à défendre le 99% de la population suisse”, 24 heures et Tribune de Genève, 29 octobre 2010

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,