Avec le chantier d’assainissement de l’ex site d’Artamis et la construction de la nouvelle ligne du tram Cornavin-Onex-Bernex (TCOB), le quartier de la Jonction concentre une dose temporairement très élevée de nuisances. Des habitant-e-s de la rue des Deux-Ponts et du boulevard Saint-Georges vivent un cauchemar: bruits persistants, circulation intense, insécurité routière et pollution de l’air.

Avec force, ils ont fait passer un message de ras-le-bol auprès des autorités municipales hier soir au cours de la rencontre intitulée “Paroles de Quartier”. Mon collègue Rémy Pagani, conseiller administratif responsable du Département des constructions et de l’aménagement, et moi-même en qualité de Maire de la Ville de Genève avons montré toute notre considération et compréhension pour le malaise exprimé par les habitant-e-s du quartier et par les représentant-e-s des associations de la Jonction.

Il faut préciser que les nuisances liées à la circulation routière – que ce soit le fait de véhicules privés ou de transports publics – ainsi que les travaux de décontamination d’Artamis relèvent de la compétence de l’Etat. Comme je l’ai déclaré hier aux habitant-e-s présent-e-s dans la salle du Palladium, j’estime que “tout projet porté par les autorités est perfectible”. Et qu’il peut être amélioré au moyen d’une discussion franche et constructive avec les citoyen-ne-s. C’est la raison d’être des “Paroles de Quartier”, moment de dialogue entre les habitant-e-s et les autorités organisé dans tous les quartiers de la Ville de Genève, dont je tiens à souligner l’importance et l’utilité.

Les chantiers en cours ont pour but d’améliorer la qualité de vie. Sur l’ex site d’Artamis, un écoquartier sera érigé, avec ses bâtiments à haute qualité environnementale, ses chemins et préaux verdoyants. La ligne du tram TCOB devrait permettre de réduire notablement la circulation dans l’axe de la rue des Deux-Ponts. L’objectif du Conseil administratif est de faire baisser la fréquentation de 40’000 à 23’000 véhicules par jour. A noter, à titre de comparaison, que le pont du Mont-Blanc est chaque jour traversé par plus de 80’000 voitures…

Au cours du débat, avec mon collègue Rémy Pagani, nous avons pris l’engagement de faire monter les doléances des habitant-e-s à l’étage cantonal. Les doléances mais aussi le plaisir et la fierté des habitants-e-s de la Jonction de résider dans un quartier vivant et populaire, peuplé par environ 15’000 personnes (dont 46,6% d’origine étrangère, 120 nationalités). L’attachement et l’intérêt des habitant-e-s pour l’évolution de leur environnement urbain est le gage d’un avenir meilleur. C’est pourquoi je remercie celles et ceux qui contribuent à améliorer au jour le jour la qualité de vie dans leur quartier.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,