“Everybody’s perfect”. Ce titre original et provocateur n’est pas le seul mérite du festival du film gay et lesbien qui, pour la première fois, fait tourner ses bobines à Genève. Vous souvenez-vous de “Certains l’aiment chaud”, avec Marilyn Monroe et Jack Lemmon? Ce dernier se déguise en femme pour trouver du travail  et se fait immanquablement courtiser par un homme auquel il (ou elle?) fini par avouer ne pas être une femme, mais un homme. Vous suivez? «Nobody’s perfect», «personne n’est parfait», s’exclame avec aplomb le soupirant! “On est tous parfaits” répliquent les organisatrices et organisateurs du festival.

Voilà une façon impertinente et intelligente de valoriser les genres. Le festival se présente sous le sigle LGBTIQ, expression qui désigne les Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres Intersexes et Queer. Une manifestation existant dans bien d’autres villes, dont Zurich. Elle prend ses quartiers à Genève, où la problématique de la reconnaissance des genres et de leur défense a occupé les élu-e-s entre 2008 et 2009. Le Conseil municipal de la Ville de Genève a voté le premier “à l’unanimité” (je tiens à le souligner) une motion combattant toute forme de discrimination à l’égard des LBGTIQ.

Il y a un peu plus d’un an, en septembre 2009, les politiques et la société civile ont partagé leurs préoccupations au sein des premières Assises contre l’homophobie à Genève. Parce que nous tous devons incessamment constater, sensibiliser et agir que je salue la tenue de ce premier festival du film gay et lesbien. L’expérience et le travail des associations de Genève (360°, Dialogai, Lestime, Think Out) ont permis et permettent de changer de niveau d’action. Car c’est de cela qu’il s’agit: de mettre en œuvre une véritable politique publique de la diversité!

Et pour être au plus près de cette réalité, nous avons besoin d’être à l’écoute des associations qui luttent contre les discriminations et œuvrent pour la valorisation de la diversité. Nous avons besoin d’échanger continuellement avec elles et de les soutenir tant dans les enceintes législatives qu’en dehors de celles-ci. C’est pourquoi j’exhorte tout le monde à aller visionner des films!

Le festival du film gay et lesbien (LGBTIQ) de Genève aura lieu du 10 au 21 novembre 2010 au CAC (Grütli). Cliquez ici pour consulter le programme complet.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,