On s’en serait bien passé. La figure du colonel Kadhafi a trop longtemps campé dans le paysage politique suisse pour qu’on ait nécessairement envie d’en faire à nouveau un sujet de débat. Avec la décision du Conseil d’Etat de flouter la photo du leader libyen publiée sur une affiche du MCG, c’est une blessure mal cicatrisée qui s’ouvre.

Je ne me prononcerai pas sur l’intervention du gouvernement du canton. L’argument juridique qu’il invoque – outrage à un Etat étranger – montre à quel point la publication de la photo d’Hannibal Kadhafi dans la Tribune de Genève (jugée offensante pour l’honneur du prévenu) a marqué les esprits et suscite aujourd’hui une extrême prudence.

Sans empêcher toutefois de plonger dans l’hypocrisie: on floute la photo du colonel Kadhafi mais on hurle sur tous les toits que c’est bien de lui qu’il s’agit. La Ville de Genève a aussi été confrontée à des cas d’affiches litigieuses. Cette semaine, elle a renoncé à interdire le placard de l’UDC titré “Ivan S, violeur et bientôt Suisse!”.

Il y a un an, l’affiche contre les minarets avait été interdite par quelques villes suisses, dont Fribourg, Bâle-Ville et Lausanne, mais pas par la Ville de Genève. En 2007, après avoir publiquement condamné les placards sur les “moutons noirs”, l’exécutif municipal avait renoncé à décréter une interdiction. Il avait choisi de maintenir la confrontation sur le plan politique tout en évitant soigneusement d’égratigner la liberté d’expression.

Voici une courte revue de presse sur une affiche caviardée afin d’éviter un nouveau psychodrame libyen.

Genève caviarde l’affiche anti-Kadhafi du MCG, Le Temps, 22 octobre 2010

Affiche MCG: l’Etat “ne censure pas”, il se protège, Tribune de Genève, 22 octobre 2010

La Ville de Genève renonce à interdire l’affiche de l’UDC, Tribune de Genève, 18 octobre 2010

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,