“C’est une défaite de la cohésion sociale”. Je partage l’analyse que Christian Levrat, président du Parti socialiste suisse, a livrée dans Le Temps au lendemain du “oui” à la révision de l’assurance chômage. Le vote a marqué une fracture entre la Suisse latine et alémanique. Sur le thème du chômage, le clivage est “persistant”, relève le quotidien suisse. Au fil des scrutins, il se creuse même. Quelles traces laissera ce Röstigraben?

La question était sur toutes les lèvres à l’issue du vote. Quelques jours plus tard, elle disparaissant de la scène médiatique. Les causes de cette divergence culturelle resteront peut-être tapies dans les isoloirs, faute d’un débat politique qui prenne la question à bras-le-corps. Mais elles ne constituent pour l’heure pas l’essentiel du problème pour toutes les personnes sans emploi, notamment les jeunes, qui perdront leurs droits.

Dans ce blog, j’ai consacré deux billets à la révision de l’assurance chômage. Si aujourd’hui on parle de fracture géographique et culturelle, demain il faudra évaluer la facture sociale des mesures adoptées.

Revue de presse autour d’un constat qui suscite le malaise.

La révision de l’assurance chômage est acceptée sur fond de Röstigraben, Tribune de Genève, 27 septembre 2010

La victoire et ses ombres, Editorial, Le Temps, 27 septembre 2010

La persistance du Röstigraben, Le Temps, 27 septembre 2010

Chômage: le oui et le malaise, Le Temps, 27 septembre 2010

“Le non en Suisse romande est aussi une question de présence sur le terrain”, interview de Pierre-Yves Maillard, Le Temps, 27 septembre 2010

Röstigraben économique, Editorial, Le Courrier, 27 septembre 2010

Assurance-chômage: le “Röstigraben” se retrouve dans la presse suisse, Le Matin/ATS, 27 septembre 2010

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,