On a rarement vu pareil revirement. L’initiative sur la “peine de mort en cas d’assassinat en concours avec un abus sexuel” a été retirée un jour après le dépôt du texte à la Chancellerie fédérale. Les initiants se disaient “outrés par la non-application de l’internement à vie des criminels sexuels”. Ils ont alors agité l’épouvantail de la peine capitale pour que leurs revendications, notamment sur les délits à caractère pédophile, soient entendues.

Parce qu’il n’aurait jusqu’ici pas encore pris la décision d’interner à vie le moindre délinquant sexuel, “l’Etat de droit est totalement du côté des criminels”, selon les promoteurs de l’initiative. Afin de corriger une prétendue défaillance de la société, ils ont alors menacé d’en introduire une nouvelle: la peine de mort. Je ne porterai pas de jugement de valeur sur les ressorts et les motifs des initiants. Je considère néanmoins que la peine capitale viole la dignité humaine puisqu’elle supprime le premier droit de tout être humain, celui de vivre.

Quoi qu’il soit, la démarche n’était finalement qu’une vaste provocation lancée avec le sens du timing. Fin février se tenait à Genève le IVe Congrès international contre la peine de mort (voir photo), parrainé par la Confédération… A l’instar du Temps, la presse relève que “l’ensemble du monde politique était très gêné par une initiative qui menaçait de mettre la Suisse en délicatesse avec le droit international et la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH)”.

Le texte repose en effet avec acuité la question des initiatives contrevenant les droits fondamentaux. Faut-il les interdire avant la récolte des signatures? Quelle autorité en aurait la compétence? En attendant, les objets problématiques se succèdent dans les urnes. Celui sur les minarets constitue un exemple retentissant. Soumis au vote en novembre prochain, le texte sur le renvoi de criminels étrangers a fait l’objet d’une vive discussion avant d’être validé par le parlement.

Voici une revue de presse des enjeux que l’initiative sur la peine de mort a remis au centre du débat.

Initiatives problématiques sous la loupe, Le Temps, 26 août 2010

L’initiative sur la peine de mort retirée après un jour, Tribune de Genève, 26 août 2010

Inspiré par une vengeance personnelle, Le Temps, 25 août 2010

L’initiative pour la peine de mort est retirée, Le Temps, 25 août 2010

La Suisse a de la peine… de mort, Editorial, Le Courrier, 25 août 2010

Editorial : rétablir la peine de mort ? Non merci !, Tribune de Genève, 25 août 2010

L’initiative sur la peine de mort va diviser la Suisse, Tribune de Genève, 25 août

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , ,