Villa La Grange, samedi 28 août. Photo: Amandine Panhard

Dix ans après la première “Marche mondiale”, nous, les femmes, ne nous arrêtons pas. Nous sommes en marche et nous le resterons pour lutter contre les multiples violations des droits des femmes dans le monde et pour tracer la route qui mène vers l’égalité. Cette année, la Marche mondiale des femmes a inscrit Genève dans son agenda.

Je tiens à féliciter les nombreuses participantes à la “randonnée militante”, un cortège à la fois festif et revendicatif qui a traversé trois communes genevoises samedi dernier. J’ai été heureuse de les accueillir à la Villa La Grange où elles ont achevé leur périple.

Ce fut un moment de partage avec les femmes qui étaient là, et de solidarité envers celles qui ne peuvent pas ou ne peuvent plus marcher ou qui ne peuvent pas se faire entendre. Dans mon allocution, j’ai rappelé le sort de ces femmes isolées dans la violence, exclues dans la précarité, victimes des conflits armés et de la pauvreté. Dans le monde entier mais parfois également ici à Genève.  C’est bien le défi de la Marche mondiale des femmes: être solidaire avec “toutes” les femmes. Le choix d’inscrire la randonnée militante à Genève est une reconnaissance du rôle que joue la Ville contre les discriminations dont sont victimes les femmes au quotidien.

En tant que femme et Maire de Genève, je suis et resterai en marche avec vous!

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: ,