L’été est arrivé et avec lui les grosses chaleurs estivales. Habitué-e-s à pester contre le froid et la bise, nous voici terrassé-e-s par les rayons du roi soleil. A ce stade, chacun possède son plan personnel de lutte contre la canicule. Dans un monde idéal, le mien s’articule autour de deux armes redoutablement efficaces : sieste et glace. Dans un monde idéal, ai-je dit. Donc à ce stade encore chimérique …
Or, que font une majorité de Genevois et de Genevoises dans leur quête de fraîcheur ? Et bien, ils et elles se rapprochent du lac, s’y baignent mais également se promènent autour de la rade. La ballade les mène souvent à « La Perle du Lac ».

Ce restaurant, propriété de la commune, véritable vitrine pour Genève, accueille dans un cadre idyllique badauds, fonctionnaires internationaux, diplomates, touristes, hommes-femmes d’affaires. En somme, un lieu unique qui répond aux attentes de publics fort différents, de populations qui se côtoient, se rencontrent et parfois s’ignorent.

C’est justement de « La Perle du Lac » que je veux vous parler dans ce billet. Car ce vénérable établissement va connaître prochainement un sérieux lifting – pour autant que les non moins vénérables élues et élus municipaux me suivent …

En effet, le Conseil administratif déposera en septembre une demande de crédit conséquente : réfection des fenêtres, des façades, de la toiture, des sols, nouvelles installations électriques, etc. Dès cette semaine, un appel d’offres sera lancé par voie de presse afin de trouver un nouvel exploitant. Exercice délicat où l’on confie les clés à un tiers avec pour mandat de valoriser le lieu, conserver l’actuelle clientèle mais également s’ouvrir aux familles notamment et proposer à quiconque un espace de gastronomie festive.

Vous pensez être la… perle rare ? Le cahier des charges est disponible sur ce blog. Je vous laisse à vos fourneaux et retourne à ma glacière.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,