Dès 2011, le congé paternité sera une réalité pour les collaborateurs de la Ville de Genève. Comme je l’ai mentionné dans un billet publié hier, ce droit figure dans le nouveau statut du personnel. Les employés de la Ville disposeront donc prochainement d’un congé de 4 semaines suite à une naissance ou à une adoption. Cette nouvelle me permet de rebondir sur un courrier reçu en mai dernier, lors du Congrès des Sages Femmes Suisses. A cette occasion, quelques jeunes pères m’ont remis une “Lettre des Pères” , réclamant l’instauration d’un congé paternité.

Cette revendication peut paraître audacieuse à certain-e-s d’entre-vous, pas à moi.

A titre personnel et en tant que Mère, je suis fermement convaincue que le congé paternité est un moment essentiel qui permet de créer la relation entre père et enfant et qui favorise dès le départ un égal partage des tâches au sein de la famille. C’est pourquoi, je suis persuadée qu’il est temps d’accorder ce droit à tous les nouveaux pères.

Ainsi, pourquoi Genève, canton pionnier dans l’instauration de l’assurance maternité, n’ouvrirait-il pas le chemin ?

Porté avec succès par les autorités et la population, le combat pour un véritable congé maternité a fait de Genève le canton le plus progressiste en la matière. Je rappelle que ce droit a été instauré pour toutes les mamans genevoises en 2001, quatre ans avant l’entrée en vigueur, en 2005, du droit fédéral (soixante ans après son inscription dans la Constitution!). A noter d’ailleurs que la Ville et l’Etat de Genève offrent en qualité d’employeur une couverture financière plus étendue que ne propose le cadre fédéral : une allocation maternité de 20 semaines (16 semaines légales plus quatre semaines pour l’allaitement), contre les 14 semaines fédérales.

Ainsi et pour revenir au sujet de préoccupation du jour, pourquoi s’arrêter en si bon chemin? Genève peut être un canton précurseur en matière de politique familiale. Il y a tellement à faire en la matière …. C’est pourquoi, je souhaite au mouvement réuni autour de la “Lettre de Pères” plein succès. J’espère surtout que ses revendications trouveront un écho favorable auprès des autorités cantonales genevoises. Nos enfants méritent bien qu’on leur soit proche, très proche.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , ,