Politiquement, le rideau est tombé hier sur l’affaire UBS avec l’aval du parlement fédéral à l’accord avec Washington. La transmission de la liste de 4450 clients de la banque aura pour unique effet de mettre un terme à la guerre d’usure menée par les Etats-Unis contre la place financière suisse. Les revendications de la gauche ont toutes été écartées d’un revers de la main. Quel énorme gâchis! Je partage l’immense déception de celles et ceux qui réclament une correction politique contre la finance irresponsable.

Exit donc les garanties que les contribuables suisses ne soient à nouveau appelé-e-s à la rescousse de la banque. Pas de garantie non plus que les bonus exorbitants des top managers ne soient imposés. J’apprends aussi avec stupéfaction qu’il n’y aura peut-être pas de poursuites judiciaires à l’encontre de Marcel Ospel et des hauts responsables du géant bancaire. Dans une interview au quotidien Le Temps du 18 juin, Oswald Gruber, actuel directeur d’UBS, prévient qu’il serait difficile pour la banque de déposer plainte contre ses anciens dirigeants …

On devra boire le calice jusqu’à la lie:  spectateurs et spectatrices impuissants-es d’une très mauvaise pièce, les citoyens et citoyennes sont privés de la possibilité de lancer un référendum. La démocratie suisse est assommée. Comment canaliser désormais le mécontentement de celles et ceux qui se disent de plus en plus remonté-e-s contre le lobby bancaire? Si on veut sauver au moins une once de dignité, j’estime que nous devons continuer d’agir pour sauvegarder et stimuler les espaces de mobilisation civile contre les méfaits du capitalisme financier.

Dominée par les errements de l’UDC, la revue de presse de la semaine (ci-après) montre comment le parlement a offert un enterrement de première classe au plus retentissant scandale financier de la Suisse.

Les leçons restent à tirer, Editorial, Le Temps, 18 juin 2010

«Nous avons déjà dépensé 60 millions pour éclaircir le passé», Le Temps, 18 juin 2010

L’accord avec les Etats-Unis sauvé par les cheveux, Le Temps, 18 juin 2010

Perdants et gagnants d’un sale accord, La Liberté, 18 juin 2010

L’accord UBS définitivement adopté, Tribune de Genève, 17 juin 2010

Les sénateurs refusent le référendum sur l’accord UBS, Tribune de Genève, 16 juin 2010

Ils (et elles) ont retourné leur veste, Le Temps, 16 juin 2010

Eugen David, l’arbitre de l’accord UBS, Le Temps, 16 juin 2010

La suite, Editorial, Le Temps, 16 juin 2010

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Mots clefs: , , , , , ,